Evaluation clinique de la tête du nerf optique : un changement de paradigme.

Evaluation clinique de la tête du nerf optique : un changement de paradigme.

Chauhan BC et Burgoyne CF. American Journal of Ophthalmology. 2013 Aug; 156(2): 218-27.

Il était jusqu’à présent supposé que le tissu bordant d’Elschnig et la sclère sous-jacente correspondant aux limites de la papille visible lors de l’examen clinique constituaient les limites les plus externes du bord de la papille, et donc que toutes les structures situées entre le bord visible de la papille et l’excavation constituaient l’anneau neuro-rétinien. En utilisant simultanément des photographies stéréoscopiques de la papille et des coupes de celle-ci réalisées en OCT spectral-domain, des études ont montré que la terminaison de la membrane de Bruch était fréquemment située de façon beaucoup plus interne que les limites visibles de la papille. Dans ce cas, l’anneau neuro-rétinien (fibres optiques) est donc beaucoup plus mince que ne pourrait laisser supposer l’étude clinique de la zone située entre le bord visible de la papille et l’excavation, puisque les fibres optiques ne peuvent pas traverser la membrane de Bruch. Il serait donc souhaitable de mesurer l’espace situé entre la terminaison de la membrane de Bruch visible en OCT et l’excavation pour estimer l’épaisseur de l’anneau neuro-rétinien, plutôt que de mesurer l’espace situé entre le bord visible de la papille et l’excavation. Par ailleurs, l’épaisseur de l’anneau neuro-rétinien est mesuré sur la plupart des OCT commercialisés comme étant la distance horizontale entre la terminaison de la membrane de Bruch et le début de l’excavation (BMO-HRW : Bruch Membrane Opening Horizontal Rim Width). Le fait de mesurer l’épaisseur de l’anneau neuro-rétinien selon un axe horizontal peut cependant fausser la mesure. Si les fibres optiques de l’anneau neuro-rétinien ont un trajet très horizontal, l’épaisseur apparaitra faussement élevée. A contrario, si les fibres optiques de l’anneau neuro-rétinien ont un trajet très vertical, l’épaisseur apparaitra faible. Voir Figure 1. Pour éviter ce biais lié à l’orientation des fibres dans l’anneau neuro-rétinien, Chauhan et Burgoyne ont défini un nouveau paramètre correspondant à la distance minimale entre la terminaison de la membrane de Bruch et l’excavation appelé BMO-MRW (Bruch Membrane Opening Minimal Rim Width). Le fait de mesurer l’épaisseur minimale, et non plus selon un axe horizontal, permet de s’affranchir des différentes orientations des fibres optiques dans l’anneau neuro-rétinien, et augmente l’aptitude diagnostique de ce paramètre.

Figure 1. Illustration de l’effet de l’orientation des fibres optiques sur l’épaisseur de l’anneau neuro-rétinien mesurée selon un axe horizontal : l’épaisseur est d’autant plus surestimée que le trajet est horizontal.

Figure 1. Illustration de l’effet de l’orientation des fibres optiques sur l’épaisseur de l’anneau neuro-rétinien mesurée selon un axe horizontal : l’épaisseur est d’autant plus surestimée que le trajet est horizontal.

Figure 1. Illustration de l’effet de l’orientation des fibres optiques sur l’épaisseur de l’anneau neuro-rétinien mesurée selon un axe horizontal : l’épaisseur est d’autant plus surestimée que le trajet est horizontal.

 

http://www.ajo.com/article/S0002-9394(13)00260-2/abstract