OCT et glaucome
16/07/2013 | Par Bresson-Dumont H. et coll.

Rechercher des vidéos

 

Intérêt de l’étude des cellules ganglionnaires en OCT dans les papilles dysmorphiques . Etude préliminaire.

H Bresson Dumont, J Foucher, J Hatton, A Lehoux, C Campion (Clinique Sourdille, Département Glaucome, Nantes).

Objectifs

Le but de notre étude était de définir l’intérêt, en pratique clinique, de l’analyse OCT des cellules ganglionnaires lorsque l’analyse des fibres visuelles péri papillaires en OCT n’était pas fiable, en particulier pour les papilles dysmorphiques.

Patients et méthodes

Nous avons analysé 88 yeux de 56 patients (40 femmes, 16 hommes), de réfraction moyenne -7.68 dioptries (+/-17, de +7 à -27). 82 yeux étaient myopes (en moyenne -12.25 dioptries +/-10.75, de -1 à -27).

27 yeux étaient glaucomateux, dont 10 présentaient un glaucome débutant, 31 yeux avaient une hypertonie oculaire et 30 yeux ne présentaient pas de glaucome.

Les mesures ont été effectuées grâce à un OCT Cirrus (Carl Zeiss Meditec, Inc) et les dossiers analysés par un seul praticien.

Les critères d’inclusion étaient un tracé de fibres visuelles ininterprétable en raison de papilles dysmorphiques.

Les critères d’exclusion étaient des fibres visuelles normales à l’OCT ou des fibres visuelles analysables, concordantes avec la clinique, les pathologies maculaires, un artefact de réalisation (mouvement du patient, trouble des avec la clinique (plat ou très diminué dans 32 cas, présentant un déficit temporal isolé dans 4 cas ou complètement dissocié dans 3 cas).

Les fibres ganglionnaires en OCT étaient normales ou sub normales dans 46 cas et anormales dans 42 cas. Cette analyse OCT nous a apporté une information intéressante pour le suivi du patient dans 46 cas (52.27%) et dans 42 (47.72%) cas il ne nous a été d’aucune utilité. L’information a été jugée intéressante lorsque l’analyse CGA soit donnait un résultat normal donc rassurant chez les patients non atteint de glaucome soit apportait des informations conformes à la clinique et au champ visuel en particulier. Dans les 42 cas où l’information n’a pas été utile, les tracés étaient soit incohérents soit n’apportaient rien par rapport à l’OCT des fibres visuelles.

Conclusion

En pratique clinique, dans l’analyse des papilles dysmorphiques pour lesquelles le tracé OCT des fibres visuelles n’est pas exploitable, il peut être intéressant de poursuivre avec une analyse des fibres ganglionnaires qui apportera une information utile au suivi du patient dans plus de la moitié des cas.

(Présentation à la Réunion Annuelle de la SFG, 11 mai 2013)